Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Compte rendu sur La Dépêche du Midi de la Halte musicale du 26 juillet

Virgile Monin, orgue et Mélina Rouquié, violoncelle

Le public s’était déplacé encore un peu plus nombreux pour la seconde halte musicale du marché. Il manifesta longuement sa satisfaction à la fin du concert qui réunissait deux musiciens à la carrière prometteuse. L’organiste Virgile Monin fut déjà très apprécié l’an passé à Lavelanet. Lauréat de concours internationaux, il se produit actuellement dans le cadre du Festival renommé Toulouse les orgues. Il sait trouver des partitions peu connues qui s’adaptent parfaitement à l’orgue lavelanétien, ainsi ces extraits des Portraits de Sigfrid Karg-Elert, l’un à la façon de Grieg, l’autre à la façon d’une valse de J. Strauss, musiques de détente en harmonie avec une halte musicale. Très à l’aise techniquement, Virgile Monin sait transmettre l’émotion propre à chaque œuvre en utilisant toute la palette sonore de l’instrument. Ces mêmes qualités se retrouvent dans son rôle d’accompagnateur pour mettre en valeur tout le potentiel expressif de Mélina Rouquié. Cette jeune violoncelliste, d’origine perpignanaise, après de brillantes études à Toulouse et Montréal, mène une vie riche d’expériences musicales tant au sein d’orchestres que comme enseignante explorant des voies pédagogiques nouvelles. Cette ouverture d’esprit, cette science profonde du violoncelle se traduisent en un jeu très délicat et tout aussi convaincant dans les extraits de la Suite pour violoncelle seul de Gaspar Cassado qui ouvrait le concert, que dans la Sonate en ré majeur de J.-S. Bach, ou ces peu connues mais admirables Pièces de Widor. Les Six danses populaires roumaines de Bela Bartok, adaptées pour violoncelle et orgue, clôturaient ce concert en un brillant feu d’artifice de couleurs musicales et rythmiques.

 

La Dépêche du Midi du 30 juillet 2019, p. 24

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :